mercredi 21 mai 2014

La petite enfance à Sceaux

Samedi matin avait lieu la visite des équipements municipaux pour les nouveaux élus. L'occasion de redécouvrir les rues de Sceaux par une matinée ensoleillée, ses bâtiments à l'esthétique urbaine si caractéristique. L'occasion aussi de se rendre un peu plus compte de l'importance des équipements dédiés à la petite enfance à Sceaux.
La ville de Sceaux compte 7 crèches sur son territoire. Quatre d'entre-elles sont gérées par la ville et se situent dans les différents quartiers de la ville (Blagis, Gare Robinson, Charraire et rue du Lycée). Les trois autres crèches sont des crèches associatives (une crèche parentale, Les Fripounets, et deux crèches plus classiques, la Comptine et Pom d'Api, avec lesquelles la ville signe une convention d'accueil).
Le nombre de place en crèche en accueil régulier s'élève plus de 270, pour les enfants âgés de dix semaines à la scolarisation, un chiffre particulièrement élevé pour une ville de 20 000 âmes. Cette ambition se caractérise par la proportion extrêmement importante des demandes de places en crèche acceptées (entre 80 et 90% selon les années, parmi les taux les plus élevés de France). Rappelons que 65% des enfants à Sceaux fréquentent des structures collectives.
Ces résultats sont les fruits d'une ambition de longue date des dernières majorités municipales, qui ont souhaité préserver et développer les structures d'accueil, et faire de Sceaux cette ville si accueillante pour tous les jeunes parents.
                                   
                                                         La crèche des Blagis
Combien cela coûte-t'il à la Ville?
En ces temps de baisse des dotations et de pression sur les finances locales, l'aspect budgétaire doit être abordé. Une place en crèche coûte légèrement moins de 15 000 euros, entre les salaires du personnel,  l'entretien et la rénovation des bâtiments, et les différents coûts variables (repas, jouets, matériel...). Le budget de fonctionnement des établissements s'élève donc à 3,5 millions d'euros par an.
La répartition entre la participation de la ville, de la Caisse d'Allocation familiale, du département et du reste-à-charge pour les parents est donné sur le site de la ville: 31% pour la CAF, 8% pour le Conseil général, 28% pour les familles et 32% pour la commune. J’écrirai prochainement un texte sur le financement de la petite enfance, notamment du point de vue réglementaire, et de l'horizon à plus long terme pour le financement des politiques familiales.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire