dimanche 21 décembre 2014

La décision du Conseil Municipal du 18 décembre

Après chaque conseil municipal, je reviendrai en détails sur une décision votée, pour expliquer la situation et les déterminants de la résolution.

Pour ce dernier conseil municipal avant les fêtes, j'ai choisi de revenir non pas sur une décision classique du conseil, mais sur le Bilan des ressources humaines de la ville de Sceaux, que le Maire conduit tous les deux ans. 

Les effectifs consolidés de la Ville et de Centre Communal d'Action Social (CCAS) s'élèvent à 440 personnes. Les catégories C représentent 73% de ces effectifs, les catégories B 16%, et seulement 11% pour les catégories A. Il faut noter que ces proportions sont exactement les mêmes que la moyenne de petite couronne. Les agents spécialisés des écoles maternelles, les auxiliaires de puériculture, les policiers municipaux ou le agents de maîtrise sont des exemples de fonctionnaires de catégories C, alors que les éducateurs de jeunes enfants, les infirmiers, les éducateurs sportifs, ou les animateurs sont des exemples de fonctionnaires de catégories B.

On note à Sceaux, comme dans la fonction publique territoriale en général, une part très importante des femmes, qui représentent 75% des salariés. Fait notable à Sceaux, elles représentent aussi 75% des cadres de la ville.  

On constate à Sceaux, comme dans le reste de la petite couronne, un vieillissement progressif des personnels, la moyenne d'âge à Sceaux était de 43 ans en 2011 et est dorénavant de 43,2 ans, contre 43,5 ans en Petite couronne. La part des agents de plus de 40 ans augmente graduellement, entre 60,5% en 2009 et 63,6% aujourd'hui. 

Enfin, le taux de turn-over (nombre de départ divisé par nombre total d'agent), est très élevé, s'élevant à 10,75%, contre 9,5% en 2011 et 8,70% en 2009. 

Ces données doivent nous faire réfléchir sur les agents qui sont quotidiennement au service de la population dans les mairies et les CCAS. Tout d'abord, il convient de prendre ses précautions en comparant les chiffres des effectifs des communes, car certaines données ne fournissent que les effectifs de la ville, sans s'intéresser à ceux du CCAS. 

Il faut ensuite se rendre compte que l'immense majorité des personnels communaux appartiennent aux catégories B ou C de fonctionnaires (89%). Ces catégories gagnent en moyenne 1668 euros et 2240 euros net par mois (chiffres Insee 2011), un chiffre qui augmente d'ailleurs moins vite que l'inflation, et cela malgré une moyenne d'âge assez élevée. L'image d'une fonction publique fastueuse, où l'argent coulerait à flot et où les ressources humaines seraient gérées avec légèreté ne peut donc pas être plus éloignée de la réalité.

Enfin, la structure démographique de nos agents territoriaux, dont l'âge augmente et avec une proportion de femmes extrêmement importante, doit nous faire réfléchir sur les comparaisons statistiques souvent entendues au sujet de l' "absentéisme" des collectivités locales. Ces statistiques, qui ne s'intéressent d'ailleurs pas à l'absentéisme mais au nombre d'absences pour maladie, n'ont pas beaucoup de sens lorsqu'elles comparent la fonction publiques territoriale à certaines branches des entreprises privées. La moindre des choses serait donc de retirer les congés maternité de ce genre de statistiques, car cela fausse totalement la perception des absences pour les collectivités territoriales.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire